Thunderbolt Fantasy

Je sais que plusieurs mois se sont écoulés depuis le dernier billet. Je n’ai malheureusement pas autant de temps libre que je le souhaite mais j’ai néanmoins quelques billets en réserve sous le capot qu’il reste encore à peaufiner. Avant cela une petit réaction à chaud sur une série que j’ai suivie avec beaucoup d’engouement tel que je n’en avais pas connu depuis longtemps.

Pour être honnête, je ne m’attendais pas à voir Thunderbolt Fantasy : les pérégrinations d’une épée en extrême orient débarquer chez nous en simulcast. L’annonce d’une série de fantasy avec des marionnettes avait déjà attisé ma curiosité alors la voir arriver chez nous, c’est un peu comme Noël avant l’heure.

Pour celles ou ceux qui n’en auraient pas entendu parler, il s’agit d’une série en 13 épisodes de 23 min environ qui narre les péripéties d’un groupe hétéroclite en quête d’une épée au pouvoir immense, dérobée dans un temple à une jeune prêtresse et son frère par un odieux vilain.

Apparemment, la série a beaucoup divisé. Déjà sur le plan de sa qualification : s’agit-il d’animation ou pas ? Je ne vais pas entrer dans le débat, bien que si on s’en tient au sens large du verbe animer il s’agit de « donner vie ». Pour ma part je suis habitué depuis l’enfance à divers techniques et procédés d’animation (2D,3D, rotoscopie, stop-motion, peinture, sable, papier découpé….) alors voir des poupées bouger grâce à l’aide d’un maître marionnettiste ne m’a pas choqué. Par contre pour certains animes fans, que j’ai pu croisé sur les forums, l’animation ça se résume à de l’animation japonaise en 2D, éventuellement 3D (ce qui est fort dommage). La série ne également m’a pas gêné car j’ai grandi en regardant les sentinelles de l’air aka Thunderbirds en VO (oui j’ai grandi dans les années 60′) et en regardant Team America (FUCK YEAH!! -ahem-).
L’autre point qui a fait beaucoup parlé de lui, semble-t-il, est l’animation même des marionnettes. Pour beaucoup ça n’est pas passé, souvent qualifié de moche ou de saccadé. Alors que pour d’autres, ça a été un vrai bonheur de voir quelque chose de différent.
Pour ma part, je salue la qualité de l’ensemble. Les marionnettes/poupées sont superbes tant au niveau de leurs costumes, que de leurs coiffures, leurs accessoires…et ces cils ! Mon dieu ces cils ! Je renomme officiellement Mie Tian Hai aka la mort rampante aka le grand vilain, Lord Maybelline. Les marionnettes n’ont au final que peu d’expressions faciales : elles peuvent ouvrir et fermer les yeux, et vaguement ouvrir la bouche. Tout tiens donc en 2 choses : la gestuelle, surtout des mains, pour ne pas paraitre trop statique (et elles bougent beaucoup) et la performance vocale qui arrive à très bien retranscrire les émotions des protagonistes.

Après le début de la série je me suis penché un peu plus sur les personnes derrières. Thunderbolt fantasy est une production née d’une collaboration japonaise et taïwanaise entre Pili (très connu apparemment chez eux) créateur de série wuxia avec poupées et Gen Urobuchi pour le scénario,  Nitroplus pour le design des personnages, Good smile company, à la musique Hiroyuki  Sawano et T.M.Revolution pour le générique.
Pili s’est apparemment chargé de toute la partie filmique et manipulation des marionnettes (puisque c’est leur fond de commerce). Pour le coup je suis allé voir ce qu’ils avaient fait précédemment. Visuellement leur style a évolué avec les années pour devenir plus fin et détaillé (même si certains personnages ont tendance à se ressembler selon moi). Je dois dire que comme je ne lis, ni ne comprends le chinois, je suis bien en mal de donner une liste concrète des séries produites par la firme de ce que j’ai lu il n’y a qu’une seule série « Pili puppet show » qui tourne depuis des années à la TV. C’est une sorte de plus belle la vie version arts martiaux et marionnettes.
A part PiLi Xia Ying: The Decisive Thunderbolt avec ses personnages bien classes, le film Legend of the Sacred Stone (qui est le plus connu car il semble avoir été projeté sur le sol américain), The ARTI: Enigma of the Ancient Lop, 3D PiLi Adventure: Agent 519 – The Young Swordsmen… je ne peux pas en dire grand chose et surtout je n’ai pas réussi  à trouver leur production en VOST. Je ne pourrais donc pas non plus commenter sur le contenu, bien que j’ai pu lire une fois que la présence de Gen Urobuchi sur Thunderbolt était la bienvenue car les productions de Pili était certes belles mais assez plates niveau contenu.

Enfin pour la blague Pili a eu droit à sa bouteille de beaujolais nouveau….

 

Shāng Bù Huàn héros malgré lui

*attention ce qui suit peut potentiellement contenir du spoiler*

Bien que la série laisse au début croire que nous allons suivre Dan Fei, c’est en réalité Shang le véritable personnage principal. Je dois avoué que l’intrigue est relativement simple puisqu’une bonne partie des épisodes est une ligne droite pour aller directement au manoir du grand vilain récupérer l’épée volée. On pourrait résumer simplement : formation du groupe en récupérant les divers protagonistes, traverser les 3 épreuves qui mènent au manoir, arriver au manoir tataner le méchant. Dans le fond, rien de nouveau sous le soleil niveau intrigue. Idem niveau personnages : la prêtresse douce et pure, la démone femme fatale, le petit jeune surexcité en quête de reconnaissance, son mentor calme et posé, le voleur qui en sait plus qu’il ne le dit, le guerrier en quête de l’adversaire ultime et pour finir le gars qui n’avait rien demandé et qui se retrouve embarqué bien malgré lui. En somme des personnages que l’on a pu croiser ailleurs, qui peuvent paraître caricaturaux, et dont le passé ne sera pas révélé parce que de toute façon on s’attardera pas beaucoup dessus.

Lin Xue l'insaisissable Je suis complètement amoureuse de sa coiffure

Lin Xue l’insaisissable. Je suis complètement amoureuse de sa coiffure

Pourquoi donc ai-je tant aimé cette série ? Car à part l’aspect visuel qui sort du lot habituel, le fond n’a rien d’original. Je dirais que la série à l’avantage d’être courte, d’avancer vite et de ne pas se perdre en cours de route, l’ensemble est bien rythmé (surtout les combats, très fluides) et chaque fin d’épisode est comme un cliffhanger qui donne envie de voir la suite. Les personnages ont certes un côté déjà vu mais sont attachant, ajoutez à cela qu’ils ont des mimiques que l’on retrouve dans l’animation japonaise classique (la façon dont ils sont gênés, se grattent la tête, râlent…) surtout Shāng Bù Huàn. Ce qui se développe surtout dans la seconde moitié de la série, c’est l’aspect psychologique. Les raisons qui poussent les personnages à faire ce qu’ils font. Dans le cas présent, la série se penche surtout sur Shāng Bù Huàn et Lǐn Xuě Yā. Le premier restera mystérieux jusqu’à la toute fin (les raisons de sa présence et ses véritables pouvoirs) puisque rien ne nous est dévoilé, à part via quelques phrases éparts ci et là émises par le personnage. Le second passe par diverses phrases : le bon samaritain qui en sait plus qu’il ne le dit, le salaud de traître voleur, le justicier sadique à la pensée tordue, le génie qui dépasse le commun des mortels…un personnage complexe en somme et fort intéressant. Il forme un duo complémentaire avec Shang, entre la force brute mais droit dans ses bottes à la moralité impeccable et le philanthrope amoral qui emprunte des voies détournées. Dualité bien marquée dès le générique que je ne me lasse pas d’écouter et de regarder alors que je ne suis pas fan de T.M Revolution. D’ailleurs le chanteur a même eu droit à sa marionnette spéciale pour la sortie du single RAIMEI qui sert de titre pour le générique d’ouverture.

La musique dans son ensemble n’est pas en reste. On a droit à de beaux morceaux bien épiques qui restent en tête et donne un côté grandiloquent aux combats.

J’ai un faible pour la 1ère (à vrai dire j’ai un faible pour tout ce qui contient des chœurs). Les voix des personnages sont aussi très bonnes, petit plus pour la présentation en chinois de chacun des personnages avec la petite phrase poétique qui va bien. J’avoue avoir été cependant perdu avec les noms. Ils sont en chinois et indiqués comme tels dans les sous-titres, seulement ils sont prononcé différemment en japonais et leur surnoms (les lamentations de la nuit, la mort rampante, le rapace hurlant, l’insaisissable…) sont traduit en français. De plus, les sous titres alternes entre noms et surnoms de quoi se perdre parfois…

Shā Wú Shēng, nous te promettons d'écrire des yaoï à ta gloire !

Shā Wú Shēng, nous te promettons d’écrire des yaoï à ta gloire !

Je pourrais râler sur les personnages pour les défauts (alors que j’ai dit que je les aimais). A savoir que certains sont partis trop vite sans avoir eu beaucoup de développement (je pleure encore Shā Wú Shēng) ou de combats épiques comme promis dans le générique (je pense à toi Charming huntress). Après vient Dan Fei la prêtresse. Non pas que je n’aime pas ce personnage mais au final elle restera très en retrait. Sa motivation première était de récupérer l’épée sacrée et de venger son frère. Au final elle ne fera ni l’un, ni l’autre. Toute vengeance semble l’avoir quittée. Ajoutez à cela, qu’il nous est montré à plusieurs reprises qu’elle est parfaitement capable de se battre et de se défendre toute seule, pour finir par rester derrière. A un moment Juan lui apprend à rectifier ses enchaînements pour les adapter à sa morphologie et être sur de ne pas manquer sa cible. J’ai vraiment cru que l’on allait retrouver cet élément plus tard dans la série pendant un combat épique où Dan Fei aurait finit par terrasser Mie Tian et au final…rien… Sur ce point là j’ai été très déçu série 😦

La série nous sort également presque de nul part une romance entre Juan et Dan Fei. Certes il la draguait lourdement au départ (pas très longtemps), nous les avons vu ensemble souvent par la suite mais la fin nous les montre main dans la main, s’entrainant ensemble pendant qu’elle lui parle de son futur fils…C’est mignon mais j’aurais voulu voir cela avant !
Après la série, bien qu’avec des personnages très beaux visuellement et des hommes qui portent très bien le mascara et le gloss, n’est pas sans violence. Nous avons rapidement droit à des têtes -et autres parties du corps- découpées quand ce ne sont pas des morceaux de cages thoraciques qui vous sortent de l’abdomen, sans oublier le sang. Bien sûr, lors des combats les héros vous sortiront tout un lot de techniques spéciales prononcées à voix hautes avec effets lumineux à la clé. J’avais peur de la 3D incluse dans la série car j’ai pu voir d’autres production de PILI (la compagnie qui crée les poupées) où cette dernière était présente et piquaient les yeux. Finalement le boss de fin « le démon des fours crématoires » est plutôt pas mal, sauf ses tentacules qui a rendu le dernier combat un peu tcheap.
Je pourrais reprocher aussi le fait de rendre les personnages trop « over the top » : entre Shang qui défonce les méchants avec un vulgaire bout de bois et bat le boss une main dans le dos (sans oublier qu’il s’est farcie les 3 épreuves à lui tout seul….à se demander à quoi servait les autres), Lin qui en plus d’être plus malin que tout le monde et un dieu de l’épée, Shòu Yún Xiāo qui lance ses flèches en plein ciel mais arrive toujours à les faire retomber pile au bon endroit après avoir calculer la vitesse du vent, la distance et le nombre de pas que fera l’adversaire…sans oublier les punchlines types du genre « je vais finir ce combat en 9 coups ». Ca pourrait faire trop mais ici, cela fonctionne complètement. Après quelques deux ex machina ici et là mais qui passe là aussi.

Xing Hai version 3D et 2D, moins de rouge plus de boobs

Xing Hai version 3D et 2D, moins de rouge plus de boobs

La fin du 13ème épisode annonce une séquelle. C’est à la fois une bonne surprise et un moment d’appréhension. Appréhension  parce que les 3/4 du cast actuel sont six pieds sous terre, bien que je prendrais plaisir à revoir Juan/Dan Fei ou Xing Hai (pour savoir ce qu’elle est advenue), et que je ne sais pas ce qu’on pourrait dire d’autre maintenant que tout a été révélé et que nos héros ont battu le démon ultime.
En attendant, on peut toujours écrire des fanfiction LinxShang.

*fin de la potentielle zone spoiler, vous pouvez reprendre une activité normale*

Il existe également 2 adaptations en manga de la série. Je n’en ai lu qu’une sur les deux (toujours en cours) dessinée par Yui Sakuma (auteur de Complex age série en 6 volumes), pour l’instant elle se contente de reprendre la série sous format papier. Je ne suis pas fan du dessin, après avoir été habitué à la beauté et la finesse des personnages de la série, ceux de la série manga sont dessinés de façon assez grossière. Pourtant, le dessin de complex age était assez plaisant. Quant à la seconde adaptation, Thunderbolt Fantasy – Sword Travels from the East – A Maiden’s Magical Journey, elle semble déjà beaucoup plus belle visuellement (c’est Kairi Shimotsuki qui est en charge du dessin, elle est connue chez nous pour  Brave 10 et Docteur Mephisto) et de ce que j’ai compris elle s’attardera sur le point de vue de Dan Fei.

J’ai aimé cette série car elle sortait du carcan habituel. L’aurais-je aimé tout autant si j’avais été habitué aux productions Pili classique ? Je ne sais pas. Tout ce que je peux espérer c’est de voir d’autres productions du même genre par ici. Je veux revoir Shang et Lin. J’ai bien conscience que la série n’est pas parfaite mais elle a été un énorme coup de coeur. J’attends avec impatience de voir ce que la suite de cette collaboration entre le Japon et Taiwan peut nous offrir.

Rendez nous les cils de Mie Tian Hai !

Rendez nous les cils de Mie Tian Hai !

 

Publicités et préventions, quand les anglais mettent les bouchées doubles.

Bon revenons un peu à la TV anglaise pour parler plus précisément des publicités. Etant donné que mon ordi m’avait lâchement abandonné en octobre/novembre 2012 et qu’il m’a fallu attendre mon retour en France pour les fêtes pour le réparer et en avoir un autre (on ne sait jamais), j’avais beaucoup de temps à tuer. Et ce temps je l’ai tué devant la TV. Quoiqu’on dise la télé permet aussi de découvrir une culture -et de rattraper tout les épisodes de HIMYM -. L’Angleterre balance beaucoup de pub, comme je l’ai dit dans un post précédent, vous avez intérêt à aimer ou à avoir beaucoup de vaisselle à faire car vous allez en bouffer à la pelle jusqu’à overdose. Je reviendrai plus tard sur les publicités amusantes, marquantes, ou montrant une approche différente de la France mais cette analyse sera pour plus tard.

Les anglais sont des gens qui sont très communautaires. On fait partis d’un groupe, tout le monde à sa place et tout le monde aime à aider sa communauté. C’est pour cela que même dans le patelin où je vivais il y avait presque une dizaine de « seconde hands shop » (magasins d’occaz) dont le but était écrit en gros sur la devanture : aider les gens atteints de cancer, du SIDA, retraités de l’armée, les invalides, les enfants handicapés, les animaux…j’en passe et des meilleurs.Vous avez une maladie rare ? Les anglais ont le magasin d’occasion qui correspond. Evidemment tout les bénéfices étaient reversés aux différentes associations afin d’aider les personnes dans le besoin.

Dans ce cadre là, il était donc normal d’avoir les publicités qui correspondent. Rien qu’à Londres il est difficile d’échapper aux panneaux qui vous propose d’adopter ou de soutenir un animal pour £1 par mois, et ainsi de suite pour tout type d’assos. Les affiches pour les « bons samaritains » (good samaritans) qui ont aidé des gens à revenir dans le droit chemin, les dangers de tel ou tel produits…
En France aussi nous avons des pubs papier et TV pour aider notre prochain mais surtout plus axé sur les dangers de la route, de l’alcool ou du tabac…concernant les violences domestiques, la guerre dans le monde, etc…s’il en existe, elles sont bien moins nombreuses qu’en Angleterre qui ne lésine pas à vous faire pleurer ou vous mettre mal à l’aise.
Je vais donc faire un pot-pourri des pubs 2012/2013 (et de quelques autres années au besoin) pour montrer que les anglais n’hésitent pas à frapper fort.

Je passerai sur les classiques en noir et blanc sur fond de musique triste qui vous font pleurer mais peuvent éveiller votre fibre de bon samaritain afin de donner pour la bonne cause. J’en ai vu plusieurs de ce type, souvent pour aider les enfants dans le monde grâce aux vaccins, l’aide alimentaire, l’éducation…On a les mêmes à la maison. Non, ici ce qui m’intéresse et m’a interpellé sont celles qu’on voit moins dans leurs styles choquant, provocateur ou dans les thématiques qu’elles abordent.
Parlons d’abord de violences domestiques, de viols, d’esclavage sexuel (ouh yeah)…les femmes sont au cœur de la problématique sur des pratiques et des abus qui ont malheureusement encore cours.

Cette publicité préventive nous met dans le cadre classique d’un couple de jeunes lors d’une fête, alors que la fille veut retourner en bas rejoindre les autres plutôt qu’une galipette rapide, son compagnon décide de passer outre son avis.
La publicité ne fait pas juste que nous montrer un viol, elle ne culpabilise pas les jeunes, ni la victime, ne fais pas la chasse au sorcière mais cherche à faire comprendre à celui (ou celle) qui se retrouve en position de violeur de ce qu’il est en train de faire.
« If you could see yourself would you see rape ? »
Ce n’est parce que votre compagnon/compagne est d’accord pour quelques bisous que vous donne le droit de passer outre son consentement. Même si on est en couple : Non c’est non.

Une autre publicité sur le même schéma circulait en même temps :

Ici on ne voit pas de viol mais c’est implicite qu’il va avoir lieu. C’est surtout qu’il ne s’agit peut être pas d’un événement isolé où le garçon rappel sa copine à l’ordre car elle est là pour lui obéir et lui faire plaisir. On a droit au chantage (je vais dire que t’es frigide), à la culpabilisation (tu sais ce qu’il allait se passer, sinon pourquoi m’avoir amené dans ta chambre ?), la négociation (juste un câlin alors ?)  et quand ça ne fonctionne pas : la violence et les insultes (t’es pathétique).
Des publicités quasi identique à celles ci il y en a.
Une a utilisé des personnages de Hollyoaks (un soap opera anglais connu) pour montrer que les abus ne sont pas forcément physique.

On retrouve d’ailleurs souvent des éléments similaires dans ces publicités : fouiller dans le téléphone de sa compagne, lui dire qu’on aime pas ses amis, sa façon de s’habiller, qu’elle est frigide ou pathétique, qu’on fait ça parce qu’on l’aime trop.

Pour en revenir aux publicités, certaines célébrités (pas juste celle de Hollyoaks) ont participé à ces campagnes de préventions comme Keira Knightley -qui se fait passer à tabac par son compagnon (2009)-…

ou Emma Thompson sur le trafic humain et sexuel (2007)

J’ai aussi remarqué qu’on parlait beaucoup de violence faite aux femmes, si on ne va pas nier son existence et le fait que c’est un problème majeur, c’est oublier qu’il existe de la violence aussi à l’encontre des hommes.
Une des publicités anglaise que j’ai pu voir met justement ce fait en avant. Quand un couple se dispute c’est souvent pour la femme que les gens vont se lever alors que voir un homme se faire malmener semble être plutôt drôle. Celle-ci fait débat. Evidemment cette pub n’a pas pour but de stigmatiser les femmes mais la violence de manière général.
« 40% of domestic violence is against men in the UK. Violence is violence, no matter who it’s aimed at. »

Je ferais un court aparté pour signaler qu’en Angleterre les hommes comme les femmes gueulent pas mal et que le ton peut monter assez vite.

Après les violences faite aux femmes, ce sont les violences faites aux enfants qui reviennent : négligence parentale, enfants battus…ce qui est surtout mis en avant c’est le cercle vicieux qui s’instaure. Un adulte violent ne l’est pas devenu par hasard et cela a bien commencé quelque part. Et pour reprendre la phrase citée plus haut : violence is violence. Elle ne fait qu’en engendrer plus, ils faut dès à présent rompre le cercle.

Pour informations, Barnado’s est une association caritative qui aide les enfants dans le besoin, en leur permettant de trouver des familles d’accueil, ou d’adoption, tout en leur fournissant un soutient psychologique mais aide également les parents en difficultés.

Certaines pub anglaises sont aussi très ironiques dans leur genre, notamment celles de St John ambulance :
comme celle-ci montrant un homme se battant contre le cancer et le vainquant, pour en définitive bêtement succomber après avoir avaler de travers durant un barbecue entre amis.

Ou nous faire croire qu’une femme va sauver un enfant pour finalement…ramasser son linge.

Les anglais ne font pas dans la suggestion de la chute mais nous la montre carrément. Qui n’est pas ravie de voir un enfant à terre en train de vomir son propre sang ?
D’ailleurs j’ai remarqué qu’ils (les anglais) avaient une certaine tendance à être bavard pour ce genre de publicité (aide aux autres, dons d’argent, médicaments…) en nous évoquant les chiffres, les states…
Tout ceci pour nous rappeler qu’il serait bon que chacun sache les gestes de premier secours.

Une de la croix rouge anglaise qui passait régulièrement avec une ambiance bien spécifique et que j’avoue avoir eu du mal à comprendre au départ.

Les anglais n’ont pas peur non plus d’aborder le sujet du handicap, physique et mental. Concernant le mental quand les anglais parlent de mental health problem (problèmes de santé mentale) ça englobe tout : de la dépression, anxiété à la bi-polarité, schizophrénie, voir entendre des voix. Donc si quelqu’un en Angleterre vous parle de problème de santé mental, ce n’est pas forcément les cas les plus extrêmes.
Ce que j’ai pu voir à la TV sur le sujet était relativement soft avec des gens avouant qu’ils sont atteints ou connaissent des gens qui sont atteints par ces problèmes. Rien ne nous est montré, enfin ça c’était jusqu’à ce que je tombe sur une campagne évoquant le « motor neurone disease » (maladie de Charcot ?) assez violente vu la façon dont la personne se fait malmenée pendant la vidéo mais aussi car on ne comprend pas ce qu’il lui arrive.


Cette publicité part d’une histoire vrai : celle de Sarah Ezekiel, le film nous montre comment elle se fait « attaquer » par le MND, tout en évoquant les dommages à la fois physiques et émotionnels d’une personne atteinte.

J’ai moins vu de prévention « boire ou conduire il faut choisir » – une seule à vrai dire- mais c’est peut être normal dans un pays où les pubs pour de la Stella Artois ou de la Guinness passent à la TV.


Elle daterait apparemment de 2008 mais passait encore régulièrement, tout en mettant bien l’ambiance. Tu bois = tu trinques. Well… I just wanted a pack of crips !

Idem pour les campagnes contre le tabagisme, peu nombreuses et plus classiques dans leur déroulement : nous expliquant les méfaits du tabac sur notre organisme d’une manière imagée et scientifique. Celle que j’ai pu voir (bien ragoutante), nous montre les mutations engendrées sur le corps humain.

Bon il en existe d’autres qui nous parlent de la dépendance ou du côté nocif de la fumée pour les enfants, nous les avons eu aussi en France, certes différemment.

Et pour finir, une de celle qui aura marqué l’année 2014 en faisant parler d’elle, tout en étant totalement raccord avec l’actualité. Parce qu’il y a bien une chose avec laquelle les anglais ne plaisantent pas, après les abus et violences domestiques, se sont les violences faites aux enfants. D’où des campagnes chocs qui marquent bien les esprits, en nous rappelant notre statut de privilégié, parce que si cela peut arriver en Angleterre, la France n’est juste que la porte d’à côté.

Voilà donc le pot pourri sur les pubs concernant la prévention ou les donations pour des fondations. Je n’ai pas vraiment poussé l’analyse et il y a sans doutes des publicités plus marquantes qui ont du circuler ces dernières années.
Une dernière remarque, s’il existe beaucoup plus de publicités TV en Angleterre au sujet des violences sexuels, je n’en ai vu aucune qui nous parle de troubles sexuels contrairement à la France.

Sur ce…je vous laisse à très bientôt pour une autre note sur la vie anglaise ou/et ses publicités.

France, Angleterre : je t’aime, moi non plus.

J’ai toujours entendu que la France et l’Angleterre entretenait une longue relation haine-amitié depuis des années (que dis je des siècles!), renforcé par tout les clichés qui circulent.

Pourtant du côté de la France je ne connais que des gens en amour avec ce pays qui leur à offert Dr Who, Harry Potter, Sherlock Holmes, Terry Pratchett…et j’en passe sur tout un lots d’auteurs, de séries TV. La plupart adorent ce pays, aiment y faire du shopping trouvent les habitants stylés. Mais soyons honnête 2 secondes…là on parle uniquement de Londres, parce que le reste de l’Angleterre c’est pas la même histoire !

Bref, tout ça pour dire que du côté français je tombe sur beaucoup d’amoureux de ce pays de l’autre côté de la manche. Mais quand est il d’eux ?

On m’a toujours dit que les anglais aller trouver une petite frenchie adorable et que mon accent leur paraitrez « soooo cute ». Honnêtement ça n’est arrivé qu’une fois et uniquement d’un jeune homme sous l’emprise de l’alcool qui tentait une approche. Concernant mon accent, c’est surtout de l’étonnement : à savoir que j’arrive à parler anglais alors que je suis française ! Ca laisse entrevoir l’image qu’ils ont de nos capacités en langue…

Londres étant une capitale multiculturelle, il n’est pas rare de croiser des français ou des gens parlant français. Pour le dépaysement on repassera…par contre en dehors de Londres,  on peut aisément tomber sur des petites bled dont vous serez le seul franchouillard à la ronde. Après les réactions seront différentes. Beaucoup d’anglais ou anglo-saxons en apprenant ma nationalité ont tenu à me chanter une chanson en français. J’ai ainsi eu droit à « Frère jacques », « le coq est mort », et d’autres qui m’étaient parfaitement inconnues. Personnellement je n’ai pas bien compris cette mouvance à vouloir me chanter des comptines pour enfants.

Vient ensuite la géolocalisation, si on pas eu droit à l’attitude blasé « Ah encore une française! ». Peu savent localiser Bordeaux (excepte les amateurs de vins), en dehors de Paris (pour faire du shopping parce que c’est pas cher (!)) et des villes qu’ils ont visité, ça peut devenir laborieux. C’est comme ça que j’ai eu droit à « Bordeaux c’est à côté de Dijon non ? ».

Les anglais semblent rancunier contre la France, combien de fois j’ai eu  » Vous les français vous avez décapitez votre roi ! ». Alors j’en suis profondément désolée mais je n’y étais pas. Et puis c’était il y a plus de 200 ans, y a prescription là non ?

Cette rancune tenace, s’étale de différentes manières, surtout attisée par les journalistes. Quand je suis arrivée en septembre, ils évoquaient toujours les photos seins nus de Kate Middleton prisent par un journal français. La façon dont ils en parlaient à la TV, rendait peu honneur au français qui avaient à leur yeux : un manque total de respect de la vie d’autrui, de la famille royale, c’était quasiment une atteinte nationale pour des malheureuses photos parues dans un magazines people français pendant l’été et qui, dans mes souvenirs, à été peu évoqué de notre côté.

Pire encore, cette affaire avec cette jeune lycéenne de 16 ans qui c’est enfuit avec son professeur plus âgé en France. Il faut savoir que l’Angleterre ne déconne pas avec ce genre de chose surtout quand ça concerne des mineurs. C’est donc une chasse à l’homme (enfin au couple) qui c’est engagé avec l’appui des autorités françaises. N »étant pas en France je me suis imaginée que ce genre de scandale aller être peu évoqué par chez nous : déjà parce qu’on a d’autres problèmes, parfois plus grave à traiter, et d’autre part parce qu’une ado tombant amoureuse de son jeune et beau prof, on en fait pas un crime national. Par contre les anglais si ! Selon eux, la France ne se bougeait pas assez, ce n’était pas en 1ere page des journaux, ni en flash continu à la TV et histoire de bien enfoncé le clou, des journalistes avaient interviewé des gens dans les rues de Paris pour démontrer que les gens (les touristes) n’étaient pas au courant. En conclusion, la France était méchante, elle n’aidait pas, elle était égoïste à se consacrer à la recherches de petits garçons qui avaient disparu et qu’on a retrouvé mort. C’est sur qu’en comparaison d’une fuite amoureuse…

Personnellement, cette vision de la France et cet acharnement des médias à nous faire passer pour des gens pas cool m’a sidéré. Je comprends pas bien où ils veulent en venir et à quoi ça rime. J’ai aucun souvenir qu’on en fasse de même. Et ça me fait un peu peur au niveau de l’impact que cette vision peut provoquer auprès du grand public.

 

Néanmoins jusqu’à présent je n’ai eu aucun problème avec les anglais (hormis au niveau de la compréhension) par rapport à ma nationalité et ma culture. Les gens sont en général très ouvert, près à vous aider ( où alors j’ai eu beaucoup de chance ?).

Voilà c’était juste un point news/culturelle, histoire de vous donner ma vision de ce pays.

Promis je parlerais un peu tourisme et nourriture la prochaine fois !

La TV version UK

Quand on va dans un pays étranger il y a tout un tas de petites choses qui nous sautent aux yeux parce que c’est pas comme à la maison. Forcément la nourriture vient en premier (dans mon cas en tout cas) mais quand on y habite c’est aussi un tout autre vision du quotidien. Je ne suis pas là pour quelques semaines à faire un planning des choses à voir et faire mais je prends mon temps.

Le temps que j’ai passé en auberge de jeunesse, je l’ai surtout passé devant la télé (mais pas que). Regarder la télé, avec et sans sous-titre, c’est aussi un bon moyen de s’améliorer au niveau de la langue ainsi que la connaissance de la culture anglaise.

 

Primo, ce qui se plaignent des pubs en France parce qu’il y en a trop dites vous qu’en Angleterre c’est PIRE ! Il y a de la pub toutes les 10 minutes !! Vous ne pouvez pas regarder un film/une série/émission…sans que cela soit charcuté à longueur de temps. Et se ne sont pas des pub courtes, si vous avez peur de ne pas avoir assez de temps pour filer aux WC, rassurez vous, vous pourrez aussi faire la vaisselle, mettre une lessive en route, sortir les poubelles…ou faire toutes autres activités passionnantes.

Et quand ce n’est pas de la pub on peut couper une émission en plein milieu pour une autre émission ! C’est comme ça que, pendant que je regardais tranquillement Emmerdale (un soap opera mais j’y reviendrai), qui ne dure que 25/30 minutes, une coupure c’est venu s’immiscer au bout de 15 mn m’annonçant que la série ne reprendrait que dans 30 minutes. Et what ?! Et pendant ces 30 minutes,  de la pub (mais pas pendant 30 minutes faut pas déconner non plus) mais surtout une émission qui n’avait rien à voir. C’est comme ça que j’ai eu droit à un micro reportage sur l’île de Guernesey, une autre fois sur un centre d’adoption pour chien,etc…alors c’est certes bien sympa, mais la question reste en suspend. POURQUOI ???

Parmi les émissions les plus populaires, on peut citer X-factor sur ITV que regarde assidument mes collocs ainsi que 10 millions d’autres anglais. Et quand j’arrive au boulot de quoi ça parle ? X-factor ! Quand je vais au supermarché faire mes courses, qu’est ce que j’ai en fond sonore ? De la pub radio pour X-factor. Bref on ne peut louper cette émission.

 

Une autre émission populaire est Strictly come dancing, aka Danse avec les stars chez nous, qui ici en est à sa 10eme saison sur la BBC ! D’après certains le taux d’audience serait plus élevé que pour X-factor mais j’ai un doute.

X-factor, danse avec les stars…si on regarde bien la télé anglaise au final on est pas si dépaysé. On retrouve les mêmes série US qu’en France, ainsi que les mêmes émissions ou jeux TV.

Ainsi on a Come dine with me (Un dîner presque parfait) mais au lieu d’avoir un candidat par soir, on les a tous d’un coup. De plus ils ne donnent d’une seule note, surtout basée sur la cuisine enrobée avec l’ambiance contrairement à nous qui somme plus sélectif avec nos 3 notes. Personnellement, je trouve que la barre est placée moins haut que chez nous.

On a aussi une émission similaire où les gens se notent par rapport à leurs maisons et la décoration/ambiance de celle ci.

On retrouve également Don’t tell the bride (Ne dites rien à la mariée), Who wants to be a millionaire ? (Qui veut gagner des millions ?) mais sans JPF, You’ve been framed (Vidéo gag), Surprise surprise (là je pense que vous avez deviné..)…

On a aussi d’autres show de télé réalité que je trouve un peu limite : Best Jewish mum of the year, Top dog model et une autre façon école pour apprendre à vos copains à bien se conduire.

 

J’avais dit que je parlerais des soap opera et autant dire qu’ils sont nombreux : Hollyoaks, Coronation street, Emmerdale, Neigbhours, EastEnders….et j’en oublie…certains on plus de 40 ans !! Les anglais ont pu voir naître des bébés, et les suivre dans les différentes étapes de leurs vies. J’ai eu beau réfléchir à part les sitcom AB, sous le soleil et plus récemment plus belle la vie en France on en a quasiment pas et pas d’aussi longue durée (sauf si on compte Hélène et les garçons avec tout ses dérivés).

Pour avoir essayer de suivre plus ou moins Coronation Street et Emmerdale, on se retrouve confronté à un bon paquet de personnages, qu’on ne suit pas forcément tous dans un même épisode, ce qui fait qu’on peut facilement s’emmêler les pinceaux. On retrouve FORCEMENT un pub ou un restau indien/pakistanais dans chaque série, ce qui est aussi un indice des populations visées. Évidement tout le monde est divorcé/marié au moins une fois sinon plus, quand ça couche pas dans tout les sens. Les filles  et les mères ont l’air d’avoir le même âge, idem pour les pères et les petits copains des filles (qu’en dirait papa Freud ??).

D’habitude je n’aime pas les soap, mais je sais pas pourquoi, ici ça fonctionne sur moi. Quand je suis arrivée ITV fêtait les 40 ans d’Emmerdale avec notamment des épisodes prime time de longue durée. J’avoue, je kiffais la bande annonce avec musique classe (et Cameron Murray).

Le Hic c’est que le générique TV n’a rien a voir, beaucoup plus classique.

Après dans un autre genre : les talk show. Avec celui de Alan Carr et Jonathan Ross ont l’air d’être assez apprécié. Pour avoir vu celui de Ross (collocs oblige) j’avoue que c’est assez sympa avec plein de bonne humeur. C’est comme ça que j’ai découvert le très roux Ed Sheeran.

A part ça je matte TBBT et HIMYM part pack de 4 épisodes, ainsi que quelques dramas ITV. J’aime bien aussi certain jeux télé comme The Chase et The Cube parce qu’on gagne des sous pour des associations.

 

Bon forcément j’ai du en oublier mais bon c’est pour vous donner un aperçu des petites choses du quotidien qui sont à la fois « comme à la maison mais pas pareil. »

 

Sur ce je vous laisse et bonne semaine à la prochaine !