Joker Danny

Dans un précédent billet, j’avais parlé du studio Mosspaca, de leurs différentes œuvres et de tout l’amour que j’avais pour ce studio. J’avais été ravie lorsque Urban China avait annoncé la publication de Joker Danny qui était l’occasion de voir des auteurs que j’apprécie beaucoup publiés en France, avec l’espoir de voir d’autres de leurs travaux subir le même sort.

Après la lecture de ces deux tomes qu’en est-il ?

 

Présentation

Joker Danny est une bande dessinée chinoise scénarisé par Moss et dessinée par Old Xian du studio Mosspaca et éditée chez nous par Urban China.

Pour l’instant 2 tomes ont été publié, si la série est notée « en cours », ce qui serait logique vu la fin du tome 2, je suis sceptique quand à une éventuelle suite car les auteurs ont l’air d’avoir d’autres projets en cours.
Nous avons là deux grands tomes en couleurs, d’environ 150 pages chacun, avec des couvertures souples. Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est beau avec des couleurs douces, une narration efficace pour une histoire quelque peu confuse au départ dont il est difficile de connaître les tenants et aboutissements.

 

Les tomes

joker-danny-1-urban

Le premier tome se divise en deux parties bien distinctes : la première est une compilation d’histoires courtes sans liens entre elles à part l’apparition d’un joker, que l’on suppose être le fameux clown/joker Danny, et qui intervient plus ou moins directement auprès des personnages. Ce genre de récit n’est pas nouveau et pourrait rappeler Angel et Angel Nest de Sakurasawa Erica par exemple. Ceci dit le tome 1 et 2 permettent de mettre en éclairage certains personnages, qui ils sont et leurs rapports avec Danny, et surtout permettent de situer l’action après les événements de la seconde partie. En effet, dans le tome 1 nous revoyons M.Charles le marionnettiste et sa création M.Clafoutis. Quand à la jeune fille de la première histoire, il est facile reconnaître qui elle est et qui sont ses parents et ce qu’il est advenu d’eux. Quand aux deux frères, j’étais tenté de voir en eux deux des orphelins visible dans la seconde partie mais il semble que cela ne soit pas ça…
Après un interlude, nous entrons dans la seconde partie en faisant connaissance avec Danny jeune orphelin avec une tâche de naissance en forme de larme sous l’œil gauche. Celui ci fait la rencontre de Aurèle Nold un grand peintre, à qui l’on prête des pouvoirs surnaturels, venu restaurer la fresque de l’église de la ville afin de protéger les habitants de la peste qui sévit et transforme les gens en végétaux. En parallèle, nous retrouvons les agents spéciaux Sean et Bellevue accompagné de Noah, un enfant particulier, qui sont à la recherche de quelque chose ou quelqu’un (Danny?).
Le premier tome se termine dans la joie et la bonne humeur mais annonce des événements plus grave qui auront lieu dans dix jours (seulement au vu du tome deux, ils se passent directement après donc….sauf s’il y a encore plus grave après…)
Le premier tome est sympathique et pose les bases mais reste néanmoins confus sur la direction que veut prendre l’histoire. Les deux parties ont des ambiances bien distinctes et assez différentes. Néanmoins, la seconde partie, si elle peut donner une impression de flou, laisse entendre que les auteurs savent où ils vont. En dehors de l’aspect narratif, ce premier tome est une entrée en matière dans l’univers du studio avec une postface sur la création de ce premier tome, suivi d’histoires farfelues comme Moss et Old Xian savent si bien les faire. D’ailleurs, la présentation des auteurs sur la couveture confirme que Old Xian est une dessinatrice, ce détail sera effacé dans le second tome.

couv_257926

Le second tome commence part faire un bon d’un mois en arrière pour nous en apprendre plus sur Nold et la peste qui sévit. Une grande partie est ensuite consacrée à Noah (3 chapitres!), où nous apprenons qui il est, comment il a obtenu ses pouvoirs et pourquoi il est autant craint. Suivi de la quête des agents Sean et Bellevue pour arriver jusqu’au village du premier tome 1 bouclant ainsi la boucle.
Le second tome n’échappe pas aux interludes radiophonique et postfaces des auteurs, un peu plus nombreuses cette fois et qui sont toujours sans queue ni tête mais apportent une dose d’humour frais non négligeable compte tenu des événements.

Au final, ce second tome pose plus de questions qu’il n’y répond et met en place les bases d’un enjeux plus grand :
Qu’est ce que cette peste ? D’où vient-elle ? Comment l’attrape-t-on ?
Qui est le joker et quelles sont les règles et le but de son jeu ? Comment gagne-t-on des points pour augmenter sa puissance ? Qui sont les autres joueurs ? Gilot nous est présenté comme le 11e joueur, en plus de lui nous connaissons Tashia et Noah, et pouvons supposer que Bellevue en fait également partie. Ce qui fait 3-4 joueurs, il y en donc 7 autres, voir plus. J’aurais aimé en savoir plus sur Tashia, Gilot et les agents spéciaux. De même qu’est-ce que cette fameuse organisation dont ils font partie et quel est son but ?
Pourquoi cherchent-ils Danny ? Qu’a-t-il de particulier ? Étant donné qu’il possède lui aussi une marque comme les autres joueurs, on peut supposer qu’il a lui aussi été en contact avec le fameux Joker, quel serait donc ses pouvoirs et sa contrepartie ?
Concernant Noah, nous apprenons que grâce à ses pupilles il peut retrouver n’importe quoi mais qu’il a une contre partie : ça ne fonctionne que par nuit étoilée et il perd quelque chose qui lui est cher chaque fois qu’il s’en sert. Ajouter à cela qu’il a l’air d’avoir un odorat et une force sur-développés dès le départ en plus de sa super vu (dont il n’a pas l’air de beaucoup se servir), ce qui fait de lui un personnage assez cheaté… J’aurais aimé connaître le pouvoir de Tashia et celui éventuel de Bellevue. Pour la première, elle est nommée « mystificatrice » et Bellevue évoque ses mensonges sans être plus explicite. Quant au second, je me suis demandée s’il n’était pas responsable de la transformation en végétaux des gens qui différerait de l’actuelle épidémie qui sévit.
Et le plus important, comment Danny est devenu le Joker Danny ?
De plus, Joker Danny est un titre assez ironique étant donné que le fameux Danny est très peu présent et n’apparaît que brièvement dans le dernier chapitre du tome deux qui fait le lien avec la fin du tome 1.

En conclusion, Joker Danny est un titre superbe visuellement et intriguant au niveau de son histoire qui laisse une certaine frustration une fois le tome deux terminé. Cependant, même si nous n’avons pas le fin mot de l’histoire (l’aurons nous jamais?), il serait dommage de passer à côté ne serait ce que pour soutenir des auteurs chinois comme Moss et Old Xian que j’apprécie tout particulièrement. J’espère un jour voir les autres œuvres du studio publié chez nous car elles fourmillent de personnages sympathiques et joliment dessinés.

Old Xian, un jour en France…

Cela faisait un moment que je voulais parler de cet/cette (?) artiste ici et avec l’annonce de la publication prochaine d’un de ses titres en France, c’est l’occasion rêvé !

J’ai connu Old Xian (ou old先) complètement par hasard en tombant sur certaines de ses illustration sur le net. J’ai aimé le style, les couleurs et l’utilisation de la lumière. Et comme je suis une personne curieuse, j’ai voulu en savoir plus. J’ai finalement trouvé son blog où ses strips sont mis en ligne et j’ai commencé à tout remonté pour voir l’ensemble de ses travaux, même si je ne comprends pas un mot de chinois.
Pour être honnête je n’ai pas trouvé grand chose de plus, je veux dire qu’au niveau de son parcours, avec qui et sur quoi il/elle bosse…je trouve pas, ou sinon c’est écrit dans une langue étrangère que je ne peux pas lire (ou alors il faut que je retourne chez les russes, ils savent toujours tout). Je sais que Old Xian et ses comparses (Tan Jiu et Moss) font parfois des arrêts dans des écoles d’art pour donner quelques cours aux élèves (ou juste des interventions). Sur son blog il est indiqué que c’est un homme mais j’aurais tendance à croire que c’est une femme -disons qu’au départ j’ai pensé que s’en était une, depuis c’est resté- d’ailleurs urban china confirme son statut de dessinatrice (mais au final c’est pas très important).

tumblr_muk84msrBa1sl25ifo1_1280

Beaucoup d’illustrations -surtout dans le domaine de la mode- , ou des publicités pour portables et peu d’œuvres papiers à son actif mais que des choses plaisantes. Dans le désordre :

19 days – One day

Mosspaca Advertising Departement

The specific heat capacity of love

Joker Danny

C’est d’ailleurs ce dernier qui sera publié en France chez Urban China en mai, l’histoire compte 2 volumes. Je me permets d’ailleurs de reprendre le synopsis diffusé :

tumblr_muiq7fowZN1sl25ifo1_1280

La Terre a été ravagée par une maladie contagieuse. En quelques mois seulement, l’humanité a quasiment disparu. Une petite ville a miraculeusement survécu à la catastrophe, et dans cette cité rescapée vit Danny, un jeune orphelin turbulent qui a une tache de naissances en forme de larme sous l’oeil gauche. Par un jour pluvieux, un nouvel arrivant entre en ville : Oreno, un artiste peintre respecté. Voici l’histoire de leur rencontre…

Je ne peux pas dire grand chose dessus étant donné que je ne l’ai pas encore lu au moment où j’écris, ni même vu, excepté quelques illustrations -très belles-, mais connaissant le style de l’auteure, je sens que ça va être du bonheur.

Bon parlons bien, parlons dessin !

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai aimé le style de l’auteure, son trait fin et stylisé, ses couleurs, sa façon de dessiner des corps longilignes et minces. Je pourrais cependant lui reprocher une certaine répétition dans le style, notamment des personnages masculins qui ont une légère tendance à se ressembler. Et sa tendance à nous montrer des messieurs qui aiment enlever le haut pour le plaisir de certaines et certains.

Parlons un peu histoire maintenant :

The specific heat capacity of love est un court oneshot qui nous narre la sortie en mer de la jeune Xue Yi avec sa classe et sa rencontre avec un homme étrange sur la plage qui lui raconte une histoire d’amitié (qui fleur bon le BL quand même) entre un requin et une mouette. L’histoire est simple mais forte, surtout dans son dénouement. Le fait d’anthropomorphisé des animaux n’est pas nouveau en soit mais cela rend certains passages du récit encore plus atroce et violent. C’est officiel, je ne mangerais jamais de l’aileron de requin (j’en avais pas l’intention de base mais au moins là c’est définitif).

tumblr_muirx5uzhV1sl25ifo1_1280

19 days est un recueil d’histoires courtes écrites et dessinées par divers auteurs chinois, dont Old Xian, chaque histoire représentant une journée Celle crée par Old Xian « one day » est un récit de 8 pages où l’on retrouve deux protagonistes mâles sans nom dont l’un (Jian Yi) vient tranquillement squatter chez l’autre (Zhan Zhengxi). On pourrait dire que ce sont les prémisses de One day, le style est un peu plus détaillé mais les personnages égales à eux mêmes (mandale!). Par la suite l’auteure va reprendre son histoire et développer plusieurs strips où l’on retrouvent nos deux ados. Concrètement One day raconte les mésaventures de deux garçons, deux meilleurs amis dont l’un semble avoir un gros faible pour l’autre, il n’hésite d’ailleurs pas à tenter sa chance régulièrement pour finir -souvent- par se prendre une mandale dans la gueule (Aah l’amour~). Les premières choses que j’ai vu sur 19 days – One day étaient surtout une compilation d’illustrations des deux personnages, souvent dans des situations qu’apprécieraient les plus assidues des fujoshis, avec quelques strips racontant des histoires sans vraiment de liens entre elles jusqu’à récemment. Depuis l’auteur étoffe un peu ses personnages et nous permet dans apprendre plus sur leur passif (pour ceux ou celles qui seraient perdu(e)s une timeline existe). Mais honnêtement, ce n’est pas le point le plus important de l’histoire. C’est surtout de les voir évoluer tout les deux. Les situations pour la plupart sont banal mais leur traitement fait rire, tellement c’est stupide. Entre le personnage je-m’en-foutiste (Zhan Zhengxi) qui passe une grande partie du temps en survet’ à glander et son meilleur ami (Jian Yi) un poil collant qui à l’art de prendre les décisions les plus absurdes, stupides et embarrassantes pour rendre les situations encore pires qu’avant (mais bizarrement il est populaire). Sans oublier les régulières méprises par les filles de la classe sur leur relation. One day c’est simple, c’est bête, ça prend pas la tête et les personnages sont attachants. Je recommande. Vous pouvez d’ailleurs voir directement les strips sur le blog de Old Xian.

[kazuyuki team]3981269f60tw1enplsk02ygj20ff0rg405

Mosspaca Advertising departement est centré sur la vie de studio de l’auteur  (Mosspaca) et de ses deux acolytes Moss et Tan Jiu (mais on y retrouve aussi d’autres dessinateurs du studio de manière sporadique). Dans ce studio nous avons donc : Moss créateur du studio qui s’occupe de scénario (The specific heat capacity of love et Joker Danny entre autres), d’illustrations, ainsi que de choses administratives (il semblerait) et Tan Jiu du dessin. Dans le cas de Mosspaca advertising departement il semble que ce soit les deux illustratrices (Old Xian et Tan Jiu) qui s’occupent ensemble de la réalisation des strips. En gros, Mosspaca raconte la vie de tout les jours du studio, des différents clients qui viennent les voir pour des projets spécifiques (jeux vidéos, marque de shampoing, applis pour téléphone…), de leurs rencontres avec d’autres illustrateurs, etc… honnêtement on peut se demander comment le studio tient vu leur façon de traiter les projets qu’on leur donne. C’est aussi absurde, sinon plus, que One day (pourquoi Moss a une corne au milieu de la tête ?, pourquoi Old Xian se trimbale torse nu avec un bas de pyjama rayé et un masque de lapin sur la tête (en plus elle le porte même pendant les séances de dédicaces) ? pourquoi leurs amis sont des souris bodybuildés ?….on n’en sait rien et au final ça ne rend la chose que plus absurde) avec néanmoins quelques moments de calme. Le tout est aussi disponible sur le blog de l’artiste, ainsi que de Tan Jiu et de Moss.

tumblr_muiqjhEsdC1sl25ifo1_1280

Je rejouterais encore un titre qui montre la collaboration de Old Xian et Tan Jiu : 无期之约 (désolée je n’ai pas encore trouvé de traduction) est un court oneshot. Personnellement, je suis moins fan des dessins qui sont certes correct mais bien moins beau que ce à quoi l’auteur nous a habitué, un peu simpliste.

Il serait difficile de parler de Old Xian sans parler de Tan Jiu et Moss. J’avoue avoir cru que Tan Jiu était un autre pseudonyme de Old Xian tellement leurs styles sont proches par moment (enfin surtout quand j’ai vu Tamen de gushi). Tan Jiu possède également un blog (avec une belle bannière ping pong). Si Old Xian semble plus accès BL, Tan jiu ce serait le yuri avec Tamen de Gushi/their story qui raconte l’histoire d’amour de Qiu Tong et Sun Jing de leur rencontre, leur mise en couple. Tan Jiu utilise un peu le même processus que son homologue dans sa façon de narrer. Après nous avoir montrer des illustrations des filles ensemble et des scénettes sans rapports, nous avons enfin droit aux strips racontant leur histoire. Le récit est assez sympathique, classique (la brune sportive un peu garçon manquée rencontre la jolie blonde naïve et pure), le tout entouré de plusieurs personnage (le meilleur ami, le délégué, le mec dont le sempai bodybuildé est amoureux de lui et dont on ne voit jamais la tête (au départ)…). Cette histoire n’en est pour l’instant qu’à ses débuts mais c’est prometteur. Classique comme je l’ai dit mais mignon, avec un peu d’humour mais pas d’absurde, les situations du quotidien embellies par le trait de Tan Jiu.

20141009160251_ieRBS

img000014

Tan Jiu s’occupe également de Mosspaca avec Old Xian en même temps que Tamen de Gushi. Autrement elle a surtout à son actif des oneshots comme Daguanjia  (une histoire de deux frères qui se disputent une cage à grillons dans la  Chine ancienne), The Art of Gardening, qui par son format et le choix du noir et blanc est plus classique, avec cette histoire d’un garçon qui retrouve chez lui un double de lui même qui n’est autre que son bonsaï et  le manhua He Guang Volunteering Committee qui semble être toujours en cours.

En tout les cas je vous encourage vivement à jeter un oeil à leur travaux, ça vaut le coup -de mon point de vue-, pour un aperçu passez par le Tumblr de Old Xian.

tumblr_muk68wUPld1sl25ifo1_1280 tumblr_muk5hgNv581sl25ifo1_1280 tumblr_muiq5l6iwY1sl25ifo1_1280  6f016cdfgw1eh99i5cwzmj20i20pj456