All the world will be your enemy

Je continue dans la rubrique « merveilleux films pas/peu connus » avec non pas un mais deux films issus du même auteur Richard Adams et qui illustrent parfaitement « l’animation ce n’est pas que pour les enfants ». Pour l’instant je n’ai pas trouvé grand monde qui n’ai pas été marqué/traumatisé/fait des cauchemars à cause de l’un des deux films qui sont « à destination des enfants ». Quelque part c’est un mal pour un bien, c’est souvent les films qui vous marquent qui restent.

Il s’agit donc de « watership down » et « the plague dogs », respectivement « les garennes de watership down » et « les chiens de la peste » en français. Les deux films n’ont pas été édité ni diffusé en france (en tout les cas pas à ma connaissance) contrairement aux livres dont ils sont issus qui eux sont désormais difficilement trouvable.

Commençons avec « watership down », tout comme « the plague dogs » il s’agit d’un livre du romancier anglais Richard Adams publié en 1972 succès de l’auteur et son chef d’oeuvre devenu un classique des grandes épopées animales. A l’origine il est dit qu’il s’agissait d’histoires qu’Adams racontait à ses filles qui lui ont demandé de les publier. Il en résultat un film d’animation, une série, une pièce de théâtre, et plusieurs citations (Lost, donnie darko…). Des années plus tard l’auteur publia « tales from watership down » qui est un recueil de nouvelles.

Histoire :
Pressentant un danger aussi implacable qu’imminent, un groupe de lapins aventureux sort de sa garenne à la recherche d’un territoire plus sûr. En chemin, ils vont rencontrer des situations extraordinaires qui vont les conduire à déployer des talents exceptionnels. Au bout d’aventures formidables au sein d’une garenne totalitaire, dans une ferme dangereuse, puis au terme d’une bataille fantastique, ils parviendront à établir leur garenne pacifique sur les hauteurs de Watership.

Source wikipedia

Malheureusement je n’ai pas lu le livre mais j’ai cru comprendre que plusieurs choses changées, tout en gardant l’essentiel de la force du livre. La force de celui ci réside dans le fait d’avoir créé une vrai mythologie autour de cette communauté de lapins. Ils ont leur dialecte, leurs contes et histoires, leurs héros, leur dieu…tout en restant néanmoins des lapins. Ce qui veut dire qu’ils restent des proies : tuer par les chasseurs, les chiens, les chats, les oiseaux de proie, et autres renards, écrasés par des voitures, prient au piège par des collets, quand ils ne s’attaquent pas entre eux pour des questions de territoire. Bref la vie d’un lapin c’est pas de tout repos.
Pour détailler un peu le language des lapins est le « Lapine », Frith est le nom du soleil mais aussi leur Dieu, quant à El-ahrairah qui signifie « Prince with thousand enemies » c’est le héro de la mythologie des lapins, leur ancêtre à tous…d’ailleurs le film nous met directement dans bain en expliquant pourquoi les lapins sont ce qu’ils sont (toujours d’après la mythologie lapin). Ces histoires leur permettent de se donnaient courage mais aussi de comprendre leur place, ce qui donne aussi crédibilité et profondeur au récit.

Outre la grande épopée de ces lapins vers une terre d’accueil où ils pourront vivre en paix, le film n’en reste pas moins violent voir sanguinolent. Même moi ,qui n’était alors plus vraiment dans la tranche d’âge 7-10 ans depuis un moment, j’ai été marqué la 1ere fois que je l’ai vue. Le film évoque aussi plusieurs thèmes comme la dictature, en vivant dans la peur et l’anxiété, mais fait la part belle à la ruse de certains lapins pour leur survie. Le livre avait quelque peu remué certaines féministes, car les rôles féminins, celui des lapines, étaient minimes, n’étant là que pour la reproduction.

‘All the world will be your enemy, Prince of a Thousand enemies. And when they catch you, they will kill you. But first they must catch you – digger, listener, runner, Prince with the swift warning. Be cunning, and full of tricks, and your people will never be destroyed.’

Concernant l’animation, là aussi on sent que le film n’est plus de 1ere jeunesse (il date de 1978), mais il reste plaisant à voir, avec de jolie musiques, comme bright eyes de Art Garfunkel. Le film reçu un accueil positif, et fût même nominé, quand au thème principal composé pour l’occasion, ce fût un hit en Angleterre qui restera six semaines au top 10,et sera reprit plusieurs fois. Il reste néanmoins de très jolie séquences (les visions de Fiver) qui ne sont pas là uniquement pour faire jolie mais apparaissent dans les moments clés de l’histoire, et des passages émouvant.

A noter que « watership down » existe (apparemment) et serait situé dans le Hampshire.

« The plague dogs » évoque aussi une grande épopée animale mais cette fois avec des chiens, et place la barre plus haut dans la beauté du pessimisme et de la tristesse. Rien que les premières image du film donne le ton : on ne va pas rigoler.

Histoire :
Deux chiens, Rowf et Snitter, cobays d’un laboratoire où ils n’étaient jusqu’à présent que des outils de recherche, parviennent à s’échapper. Goûtant enfin à la liberté, ils doivent apprendre à se débrouiller. Malheureusement leur bonheur sera de courte durée quand une chasse s’engagera pour les attraper, intensifié par la peur que l’un d’entre eux est porteur du virus de la peste.

Le film date de 1982 et de mon point de vue n’est pas très beau, se voulant sans doute plus proche de la réalité, cependant ça n’enlève rien à la gravité et aux choques de certaines séquences. Le film reprend d’ailleurs que la 1ere version du livre, une seconde ayant été publié plus tard modifiant la fin, cette fois ci par une note d’espoir.
Les premières scènes nous emmène dans le laboratoires où l’on découvre la cruauté de la recherche sur les animaux, leurs vies insalubres et leurs fins quand ceux ci ne sont plus utile.  Le réalisateur du film (Martin Rosen) a tout de même notifié que le film n’était pas là pour dénoncer mais pour faire partager une aventure. Il existe d’ailleurs 2 versions du film l’une de 86 et l’autre de 103 minutes. La version uncut est disponible sur youtube.
Que dire du film à par que les humains n’ont vraiment pas le beau rôle, même si les motivations de certains au centre de recherche sont justement de faire avancer la science et de guérir des maladies. D’ailleurs on ne les voit jamais vraiment en entier, on voit des jambes, des mains mais pas vraiment de visages.Il faut dire que visuellement ils ne sont pas très beaux. C’est un des aspects qui m’a quelque peu gêné, non pas qu’on ne les voit pas vraiment, mais le fait est que quand ils sont doublés j’ai eu du mal à savoir qui parlait, de plus leurs voix  me semblaient très lointaines comme en décalées par rapport à l’image.

Là où le film n’est vraiment pas pour les enfants, outre le ton employé, les couleurs grises délavées, c’est aussi par ses scènes « choquantes » qui ne sont pas forcement adaptées : la scène de début en laboratoires (Rowf ramené plusieurs fois à la vie, les singes, le chien qu’on ramasse à la pelle), Snitter qui dans sa joie tue accidentellement un chasseur, ou encore (dans la version uncut) lorsque l’on retrouve le corps d’un homme partiellement dévoré par Rowf et Snitter (qui étaient mort de faim et de froid sachant que l’homme était mort en tombant de la falaise où il c’était perché pour essayer de les tuer).

Si je parle de ces deux films ce n’est absolument pas par fibre nostalgique comme les deux autres, ni pour la beauté, ni pour les chansons, mais bien du propos. On est loin de l’univers gentillet, des chansons mielleuses, de la morale bien pensante, et du « ils vécurent heureux… ». Pourtant autant l’un que l’autre sont considérés comme des chefs d’oeuvre, des films ayant marqués, recommandés et souvent classés dans les 100 meilleurs films d’animation.
S’ils ne sont pas tout public, ces films méritent qu’on y jette un oeil ne serait ce qu’une fois.

Promis, la prochaine fois je parle de films plus optimiste !

ps: je viens de voir un documentaire sur christopher Lee sur arte, il y avait un court passage sur son doublage de la derniere licorne en allemand 🙂

Publicités

Gay purr-ee

Contrairement à ce que laisse supposer le titre la note n’aura rien de gay, quoique après vous pourrez aller à vos divagations Freudienne. Après avoir fait une note sur FB « 15 films, 15 minutes », le nom « Gay purr-ee » est entré dans la liste et je me doute que pour ceux qui y ont jeté un oeil c’est un inconnu au bataillon. Cette courte note me permet de lancer un sujet que je voulais aborder depuis un moment surtout avec l’année franco-russe qui s’achève, à savoir les chefs-d’œuvre de l’animation. Je ne parlerai pas que des films russes, quoiqu’il y ait matière, mais des films qui m’ont marqué, qui ne sont pas forcement connus du grand public. Bien sur quand je parle de chef d’oeuvre c’est à différent degrés parce que ça reste mon point de vue : en terme d’histoire, de musique, d’ambiance… la plupart de ces films ont vieillis, certains sont moins innocents que d’autres etc…J’avais déjà plus ou moins abordé le sujet avec « la princesse et le cordelier » dans ma review des films de 2009 (qu’il faudra que je finisse un jour d’ailleurs) avec son parti graphique qui malheureusement passera à la trappe face à Aladin.

Bref.. »Gay Purr-ee » c’est tout simplement la prononciation de « Gai Paris » qui fût traduit en français par « Chat c’est Paris » qui est une histoire qui parle de…chats. C’est un film d’animation américain datant de 1962, soit 12 ans avant les aristochats de Disney, et après avoir lu quelques sites ça et là, le film avait surtout marqué une innovation dans le fait que les humains étaient quasiment absent du film. Il y en a, mais ils servent, pour le peu qu’on en voit, de toile de fond, bien que la discussion entre deux soeurs au début du film servent d’élément déclencheur à l’histoire.

Et de quoi ça cause ?
C’est l’histoire de Mewsette jeune chatte vivant paisiblement à la campagne, courtisée par Jaune Tom chasseur de souris émérite toujours accompagné de son acolyte Robespierre. Un jour Mewsette en a marre, et ne veut pas croupir le reste de sa vie dans sa campagne de Provence, elle rêve d’autre chose : de Paris ! Elle plaque donc tout pour monter sur la capitale, et y rencontre Meowrice chat raffiné qui décide la présenter à sa soeur Mme Rubens-chatte pour en faire un dame de la haute. Jaune Tom apprenant que sa bien aimée s’en est aller pour la capitale, décide de la rejoindre.

L’histoire en elle même n’est pas très compliquée, c’est celle de la provinciale naïve qui rêve d’un Paris idéalisé bien loin de la réalité. Avec le recul j’avais trouvé Mewsette horripilante à souhait quand elle commence à tout dénigrer en n’ayant que Paris à la bouche.  Le film a vieilli, l’animation n’était pas ce qu’il y a de meilleur, mais reste très correcte quand même. En étant honnête le film fait son âge, comme en démontre les chansons, oui il y en a, on est dans une comédie musicale. Mais d’un autre côté il ne faut pas s’arrêter là.

Le point fort du film, et c’est ça qui m’avait marqué, c’est son style graphique et son ambiance. Tout, absolument tout, est un hommage à Paris, la France, et surtout son art. C’est simple c’est une succession de tableaux. La Provence où vie Mewsette : du Van Gogh, son Paris : du Modigliani, le Meowlin Rouge : du Toulouse Lautrec…la preuve la plus flagrande est qu’elle celle ci se fait peindre son portrait : Claude Monet, Henri de Toulouse-Lautrec, Georges Seurat, Henri Rousseau, Amedeo Modigliani, Vincent van Gogh, Edgar Degas, Auguste Renoir, Paul Cézanne, Paul Gauguin et Pablo Picasso…ce qui est aussi l’occasion de quelques anachronismes : le tableau façon Guernica de Picasso (1937), alors qu’on est censé être en 1895…
A l’époque cette séquence m’avait beaucoup marqué, et encore aujourd’hui je la trouve très belle, je me demande même si elle n’a pas marqué au point d’orienter ma vocation..

L’autre point fort c’est la présence de Judith Garland (le magicien d’Oz) au doublage de Mewsette et pour les chansons, à l’époque c’était THE argument du film si bien que même sur ma jaquette de cassette vidéo on ne voit qu’elle. En ce qui concerne les chansons, le style est vieillot, certaines sont meilleures que d’autres.

Le hic dans tout ça, c’est que même si je conseille ce film, il sera difficilement trouvable dans notre contrée, à ma connaissance il n’a jamais était édité que ce soit en DVD ou cassette. Si j’ai eu de la chance de le voir c’est parce qu’on me l’a enregistré lors de son passage sur canal fin des années 80. Bizarrement je l’ai en VF avec les chansons en VOSTT, alors que planète jeunesse semble dire que lors de ce passage ci il était en VO… hum…

Pour conclure, Gay Purr-ee est un très beau et bon film dans un style qui lui est propre et qu’il serait dommage de faire une comparaison avec les aristochats tant ils sont différents (excepte pour le thème). Mais si vous avez l’occasion de jeter un oeil dessus n’hésitez pas. J’espère vous avoir donné envie.