Interlude musical~~

Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour, après un an d’absence (ah quand même…) et j’en profite pour ressortir des notes de fond de placard en attendant de plus jolies et bien construites avec des paillettes et tout…

J’imagine que comme moi vous recevez des mails « personnalisés » traduient par des petits chinois en Ouzbekistan en rapport avec le fait d’avoir aux choix : une plus grosse queue, de plus gros seins, une plus grosse montre, un plus gros parc informatique…le tout a exhiber fièrement devant vos collègues.

Le temps du « enlarge your penis » est révolu, place à la nouvelle génération mais non pas sans erreurs et donc humour. J’en profite pour recopier un mail que j’avais reçu et qui m’a bien fait rire, commentaire de ma part inside en italique.

Extrait :

Commendez en Ligne – la qualité productive – 100% de l’efficacité

Les opinions de nos clients:

– Le sexe donne plus de satisfaction que jamais. Le stress et la tension ont disparut. Elle n’est pas plus chagrinée, je n’ai plus peur de dire non. C’est un magnifique sens physique, d’où on profite des sensantions profondes (Partez faire de la spéléo en milieux humide).

– La meilleure chose dans le Vi. c’est l’assurance qu’on peut «voler en pilote automatique»(je vois bien les mecs de chez air france mettre leurs avions en pilote automatique pour aller se faire une partouze à l’arrière de l’appareil). Affaibli on découvert le pot aux roses, le pénis reste prêt, même si on arrête (les enfants frappent à la porte de la chambre à coucher, le chien aboye, le condom glisse) (et la caravane passe…). Quand on prend le Vi., ça peut être une grande surprise pour un partenaire (surtout si il/elle ne sait pas ce qu’est le Vi). Un conseil: ne lui dîtes pas que vous prenez le Vi. (Bah on avait dit que c’était une surprise!), le jugement féminin porté sur soi-même est aussi vulnérable que le nôtre.

– plaquette confidentiel
– prix confidentiel (donc cher)
– on n’a plus besoin des visites maladives chez le médecin
– consultation gratuite de médecin par téléphone
– on n’attend pas longtemps– la livraison dans 2-3 jours (ou plutôt 4-5 voir 6-7 on sait pas trop)
– commande favorable et confidentiel en Ligne (oui parce qu’il existe aussi des commandes défavorables, genre le mec vous raye de la liste, supprime votre compte après avoir débité tout ce qu’il y avait sur votre carte de crédit, et vous coupe internet)
– magasin de licence en Ligne
– pas de dépenses cachées (votre femme est FORCEMENT au courant)

Commandez tout de suite et vous oublierez vos déceptions, la peur infinie de dire non et les situations douleureuses. (on ne le dira jamais assez : « Dites oui à la pénétration anale! »)

Commandez tout de suite et vous recevez 12 comprim?s gratuits compl?mentaires.  (et longue vie au suppo!)

Publicités

Femme au bord de la crise de nerfs

Demain je pars pur une semaine environ sur Paris en raison d’examen.
Depuis un peu plus d’une semaine déjà c’est pas la joie, je suis entrée dans la période stress et angoisse d’avant les exams. A cela s’ajoute aussi le stress des heures de conduite. Ça allait mieux même si je n’arrive pas à complètement me détendre, j’ai moins les pieds enfoncés dans la moquette et les ongles dans le volant. Cependant j’ai toujours du mal à avoir quelqu’un à côté de moi qui me dise ce que je dois faire… c’est la règle vous me direz, n’empêche je supporte pas ça. Il y aussi le fait que certains moniteurs me stress plus que d’autres, ce qui me fait faire des erreurs, et le fait de faire des erreurs me stress encore plus et ainsi de suite.
La séance de mercredi c’est avérée être une catastrophe suite à ça, sauf qu’en plus à la moindre remarque j’ai vraiment cru que j’allais me mettre à pleurer. Le soir même je m’entraînais dans un parking géant et désert, on c’est fait repérer par les services de sécurité pour être aller trop loin et dans un endroit pas éclairé, peu après c’est un jeune en voiture qui est venu nous abordé pour nous demander où se trouvais le centre autoroutier et sinon où acheter des cigarettes dans le coin. A se demander s’il avait pas prit un truc…parait qu’il voulait draguer. A cette heure??? dans un parking désert ??? Faut dire que ça commençait à devenir pas très rassurant, et j’ai commencé à imaginer le pire, Nous sommes partie peu après. Contre coup de l’histoire : j’ai eu l’impression que j’allais vomir.
Tout à l’heure en faisait mes bagages, j’arrivais plus à retrouver des affaires que se soit du matos, ou bien un carnet où j’avais passer la semaine à faire des fiches de mes cours. Disparu Pfioutttt!
C’est là que je me suis aperçue du bordel qu’est ma chambre. Je n’ai pas toujours été bordélique, et quand ça l’est c’est toujours un bordel organisé.
Mon bureau croule sous tout et n’importe quoi, ma penderie commence à servir de bibliothèque parce que je sais pas où mettre mes livres, si je les sors de la chambre ils vont être perçu comme « publique » et je vais les retrouver bousillés. J’ai des monticules de paperasses en tout genre qui attendent devant ma penderie parce que j’ai nul part où les ranger. Sans oublier que mon espace est aussi devenu celui à merde-à-trier-ou-dont-on-ne-veut-plus, et vas y débrouille toi avec ça…
On m’a offert un espace de rangement à dessin que j’avais demandé que l’on m’a gentiment monté alors que je voulais le faire,où on a mit mes affaires alors que je voulais trier (j’ai aussi HORREUR qu’on touche à mes affaires,ça me donne des envies de meurtre), et surtout le foutre là où y fallait pas et où il y a déjà plus de place c’est à dire… ma chambre. La palme revient au super lit 2 places trop haut, trop mou, trop large et dont je ne voulais pas, qu’on m’a installé pendant que j’étais pas là qui prend toute la place et qui sert joyeusement d’entasse merdes lui aussi! Et pour ceux qui éventuellement se demanderai où je dors, c’est simple, par terre, et je continuerai jusqu’à ce qu’on me rende mon lit!
Résultat, j’étais au milieu de la pièce (hum), folle de rage avec une envie de péter un truc, et en même temps de pleurer un bon coup, seulement comme je n’arrivais ni à l’un ni à l’autre, je suffoquais.
Relativisons, je vais juste entamer une semaine d’exams sans notes, et sans medocs eux aussi disparu. Ça pourrait être pire, j’aurais pu tomber en dépression.