Pourquoi regardons-nous des period drama ?

En cette période de confinement la question est légitime. Lorsque le pays s’est mis volontairement au ralenti, je me suis dit, comme beaucoup de monde, que cela serait l’occasion de faire toutes les choses que je ne faisais pas faute de temps. Malheureusement, il s’est vite avéré que je ne pourrais pas faire certaines choses, comme jouer aux jeux-vidéos. Merci la cinétose. Cela en est à un point que le simple fait de tourner légèrement la caméra dans Uncharted (1er du nom) me rend malade alors que j’ai entamé le jeu il y a 20 minutes. Autant vous dire que c’est TRÈS compliqué.

Heureusement il existe d’autres plaisirs, notamment celui de lire. J’adore lire, vraiment. Et pour la première fois depuis des années, j’ai pu lire de la littérature. J’admets tricher un peu car j’avais commencé à lire des ouvrages dystopiques. Toutefois, cela fait du bien de lire des livres avec une histoire et des personnages ainsi que de prendre son temps pour le faire (Et non pas se farcir 25 ouvrages scientifiques de recherches par semaine dans le cadre de son travail).

Lark Rise to Candleford

En parallèle, j’ai commencé à regarder des séries et rapidement mes goûts et préférences se sont amoindris pour se focaliser sur un genre en particulier : les period drama (ou costume drama). Les séries/films en costumes d’époque (bon il y a aussi le Royame des fauves mais c’est l’autre effet cathartique kiss cool). Je serais bien en peine d’expliquer pourquoi ce style pour qu’un autre me touche, toutefois j’ai pu remarquer que je n’étais pas la seule personne dans ce cas.

En écoutant une émission littéraire sur France culture, j’entendais l’un des intervenants citer Churchill, alors alité pendant la seconde guerre mondiale, lorsqu’il parlait de Jane Austen. Ce passage évoquait ce besoin de relire cette autrice en temps de guerre. Pourquoi donc ? Sans doute parce qu’elle représente cette image d’Épinal de l’Angleterre éternelle où les choses étaient simples. Un temps désormais révolu.
Cependant, au-delà de Jane Austen, nous pouvons nous attarder sur ses adaptations et plus loin encore sur les adaptations d’autres œuvres littéraires anglaises voir jusqu’à ouvrir le débat à l’ensemble des period drama.

J’ai donc cherché à savoir pourquoi il y avait un engouement autour de ce type de productions, de manière générale et surtout en période de confinement. Il y a déjà, dans ce que j’ai évoqué plus en amont, des éléments de réponses. Je faisais appel à l’image d’Épinal d’une Angleterre figée mais il est possible de creuser plus loin cet aspect. Nous pourrions tomber dans la facilité du « c’était mieux avant ». Personne n’est dupe que c’était mieux avant même si nous nous imaginons à le croire. Néanmoins, s’il existe une préférence pour ce type de production, elle n’est pas, selon moi, motivée par un sentiment réactionnaire. Il peut être nostalgique mais jamais sans le mauvais sens. Parce qu’il s’agit d’un temps qui n’existe plus (et qui n’a jamais existé car romancé), il s’agit là d’une véritable évasion du quotidien.

A room with a view
(je triche c’est un film)

Nous avons l’impression en regardant ces séries que les choses étaient plus simples et plus vrais. En un sens peut être, car nous les voyons avec nos yeux des gens du XXIe. A l’époque personne ne se demandait en achetant un fruit s’il était bio et éthiquement responsable. Aujourd’hui chacun de nos choix ont une multitude de ramifications et de micro conséquence dont nous n’avons pas forcément conscience. Nous revenons dans des lieux qui n’étaient pas encore pollués et où nous n’étions pas sur sollicités.

Les period drama donnent des enjeux claires et même s’ils proposent des intrigues complexes et des personnages nuancés, il y a toujours ce sentiment de démarcation qui permet de savoir où sont les bons et où sont les méchants. Les divisions sociales, genrées et raciales sont marquées et nous spectateurs savons à quoi nous en tenir. Nous sommes faces à des coutumes et des conventions sociales qui n’ont plus cours. Certaines séries se permettent ainsi d’apporter un éclairage nouveau, de mettre en avant ou de regarder avec nos yeux du XXI des choses jusque-là ignorer ou minimiser. Des domestiques noirs apparaissent par exemple dans le fond, puis commencent à avoir des répliques, voir des aspirations. Même si je soupçonne certaines séries de refaire l’histoire ou de nous inciter à nous faire dire à quel point tout ceci à changer et que nous sommes tellement plus progressistes.

Dans ces séries, tout y semble moins stressant. Il fallait plus de temps pour se déplacer d’un lieu à l’autre et de ce fait on pouvait y rester plusieurs semaines. La relation au temps est donc différente et cela nous déstresse peut être inconsciemment. D’autant plus que plusieurs de ces séries sont diffusées le dimanche soir juste avant la reprise du lundi matin et recommencer une semaine de travail en période normale. Un period drama c’est donc le dernier moment d’évasion du weekend. C’est la dernière dose de confort.

Evidemment lorsqu’on parle costume drama, l’attrait des costumes joue beaucoup. L’amour du détail, la finition des parures excuse parfois une histoire un peu mince. Il peut sembler paradoxal de demander du réalisme, de l’exactitude à quelque chose que nous savons d’emblée ne pas vraiment être la réalité.

Un period drama c’est une machine à voyager dans le temps sans effort et pour un coût moindre. Pendant cette période de confinement où le temps est disloqué, altéré, une série en costume qui me projette dans une époque que je n’ai pas connue et où l’histoire se finit bien (en générale) est agréable pour le moral et préserve ma santé mentale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s