Aoi bungaku

Je le disais dans une note précédente, après avoir visionné plusieurs anime adaptées de romans, je me suis interréssée à leur support papier, et avais fait allusion à Aoi Bungaku.

Aoi Bungaku ou blue littérature, est une série de 12 épisodes adaptant 6 classiques de la littérature japonaise chez Madhouse. La particularité était de retrouver des mangakas connus : Takeshi Obata (Death Note, Hikaru no Go), Kubo Tite (Bleach) et Takeshi Konomi (The Prince of Tennis) chargés des ré-éditions des couvertures des romans originaux, en plus du chara-design des personnages de la série, différent celon chaque arc.
Nous avions donc ( dans l’ordre de diffusion):

Ningen Shikkaku, ( la déchéance d’un d’homme) de Osamu Dazaï 
Sakura no Mori no Mankai no Shita (dans la forêt, sous les cerisiers en fleurs) Ango Sakaguchi
Kokoro (le pauvre coeur des hommes) de Natsume Soseki
Hashire, Melos! (Cours, Melos!) de Osamu Dazaï 
Kumo no Ito, (le fil de l’araignée) Ryunosuke Akutagawa
Jigoku Hen, Ryunosuke Akutagawa
Les deux derniers étant plus des nouvelles que des romans
 

L’autre particularité c’est que c’est l’acteur Masato Sakai (Shuuji Hanamoto dans Honey and clover) qui double tout les personnages principaux, en plus de le voir en « live » entre chaque arc pour donner des infos sur l’auteur etc…

Après avoir visionnée l’intégralité de la série, je me suis mise à chercher leurs originaux papier en français. Je n’ai trouvé que  la déchéance d’un d’homme de Osamu Dazaï , et le pauvre coeur des hommes de natsume soseki traduit. Pour Ryunosuke Akutagawa, c’est sans doute dans un receuil de nouvelles, à vérifier. J’ai donc décidé à partir de ce que j’avais pu trouver/lire de faire un comparatif entre les adaptations.
A part la littérature, ce qui m’a fait me pencher sur cette série, c’est que plusieurs l’annoncer comme le nouveau Mouryou No hako, anime au scénario complexe et à l’ambiance sombre, lui aussi adapté d’une série de livre.

Voilà donc pour l’introduction.

Ningen Shikkaku, est le 1er arc, composé de 4 épisodes, chose étonnante quand on sait que le livre fait moins de 200 pages en plus d’être écrit gros.
C’est la 1ere fois que je lisais Dazai auteur majeur et pas spécialement connu pour son optimisme. Morphinomane, tuberculeux, alcoolique, et qui tenta de se suicider plusieurs fois avant d’y parvenir en 1948. Le moins qu’on puisse dire c’est que ce livre est à l’image de sa vie. L’anime aussi.
Evidemment plusieurs choses diffères entre les deux, et la psychologie même du personnage subie des variations. En tout les cas, je n’ai pas eu le même ressenti en lisant le livre quand visionnant l’anime.

J’ai trouvé cette dernière encore plus pessimiste et pathétique, sentiment surtout renforcé par la musique. Comme je l’ai dit dans une note précédente, il ne faut pas visionner l’anime en étant dépressif au risque de se tirer une balle.
 

 Le livre est chronologique. L’auteur nous parle de son enfance, de son adolescence et de sa vie de jeune étudiant/homme. Au contraire l’anime nous emmène directement à la dernière partie, et préfère évoquer le reste comme des passages marquant de sa vie, mais de manière peu claire. J’entend par là que ces périodes sont évoquées en tant que souvenirs avec les effets qui vont avec (flou, filtre sur l’image etc), on a la vision d’un gamin, à sa hauteur, les visages sont effacés, les choses suggérés plus que montrer. C’est l’une des différences avec le livre (mais pas la seule) dont les choses sont dite clairement et simplement.

SPOILER 

Notamment en ce qui concerne la relation avec son père, et son viol par les domestiques. A ce titre ces choses sont suggérés dans l’anime, mais de manière à être compréhensible, où le « héro » ne se rend compte que de l’abus ou de son désir de plaire à son père qu’une fois adulte, à la différence du livre où il en est parfaitement conscient même enfant. Le fait de ne pas en avoir parlé était à la fois par honte et par peur, mais aussi car celon lui « a quoi cela aurait il servi ? qu’est ce que cela aurait changé ? ».

Dans l’anime le père est montré comme menacant, un patriarche riche, obeït, respecté, peu enclin aux effusions d’amour paternel, quelqu’un de dur et sévère, que le personnage craint mais à qui il cherche à plaire par tout les moyens. Et c’est par ce biais que découle toute ses actions : ses tentatives de suicide, le fait de plonger dans la débauche, d’adhérer à des partis douteux etc…
FIN SPOILER

 

Le titre anglais « je ne suis plus humain/un homme », fait référence à l’état dans lequel se trouve le personnage durant toute l’anime. En effet celui ci ne s’est jamais considéré, comme un être humain capable de ressentir les choses, et toute sa vie il sera comme un singe tentant de mimer des émotions, de faire rire les gens pour qu’il ne voient pas qu’il fait semblant, un pauvre clown pathétique en somme. Le tout est symbolisé dans l’anime par une sorte de monstre difforme, une ombre qui le suit partout et lui rappel sans cesse sa vraie nature et le fait qu’il n’appartienne pas à cette société. Tout au long de la série nous le verrons essayer de s’intégrer, de se créer un semblant de vie de famille par le biais des femmes, de croire un instant qu’il est humain, avant de replonger. Ceci m’a rappelé le film « plaisirs inconnus » de Jia Zhang Ke, où les personnages inexpressif prisonnier de leur condition, essayent de s’en sortir mais sans réelle motivation, le tout avec des passages qui se répétent montrant l’impasse. Le personnage principal de l’anime essaye à chaque fois mais sans réelle conviction, et c’est là tout le pathétique de la chose.

Pour moi ca reste la différence majeur avec le livre. Je n’ai pas perçue la même psychologie. L’auteur nous parle de son enfance doré, puisqu’il est issu d’un famille riche au père influent, et qu’il n’a jamais eu à souffrir d’un manque, des tas de sensations lui sont inconnus. Il y a un certaine indifférence aux choses et aux gens, mais surtout je ne l’ai pas perçue comme quelqu’un incapable d’éprouver quoi que se soit mais juste un garçon qui c’est rendu compte très tôt de l’absurdité du monde des adultes, de leurs hypocrisies, des faux semblants, des masques que de mettent les gens en société pour plaire. Il y cette incompréhension face à toutes ces choses, des questions laissées sans réponses, et ce gros manque de communication.
SPOILER
La preuve la plus flagrande sera après sa 1ere tentative de suicide, au lieu d’avoir une famille à son chevet, il a un d’intermédiaire lui annoncant que cet acte fait tâche et nuit à la réputation de son père, à l’honneur de sa famille et que désormais celle ci ne veillera plus à ses dépenses. En sommes, personne ne se pose de questions sur le pourquoi de cet acte, et préfère rompre tout lien en le rendant en plus fautif.
FIN SPOILER

Sa relation même qu’il a avec les autres son fameux « ami » compagnon de débauche, et elle aussi autre. Adhérent à une sorte de parti plus par ennui, et envie de s’occuper en grimpant les échelles sans trop savoir pourquoi dans le livre, que pour magouiller avec son « ami » histoire de soutirer de l’argent à des pauvres bougres dans l’anime. Ce fameux ami qui semble ne l’être que par interêt toujours pour lui soutirer de l’argent à ce fil de riche, en même temps qu’il lui fait goûter le plaisir et les femmes, n’est dans le livre qu’un joyeux drille qui lui fait certes dépenser son argent mais dépense le sien tout autant sans pour autant lui en soutirer de manière vicieuse.

 

L’autre gros point important ou la psychologie du personnage et son passé, reste les femmes. La prostituée, la mère célibataire, la jeune fille…elles ponctuent l’histoire comme autant de facette de la femme. Chez toutes ils cherchera la redemption, le réconfort, placant parfois trop d’espoir, et plus dure sera la chute. L’anime fait percevoir une certaine solitude ces chez femmes, voir une lassitude de vivre, quelque part elles sont semblables au personnage principal sans pour autant qu’il se comprennent mutuellement. Pour la plupart elles le considèrent que comme un enfant, un grand enfant malheureux, mais pas mauvais. Elles ne voient pas le monstre qui quelque part les achève.
SPOILER
L’anime d’ailleurs ne montre que brièvement la dernière, éclipsant la partie où il devient accro à la morphine, pour donner une fin ouverte mais sans équivoque. Le livre va un peu plus loin, mais n’a pas de réel conclusion comme si Dazai c’était lassé, et n’avait finalement pas pu assumer ses propos, puisque c’est sous la forme d’un autre narrateur, inconnu et objectif, à qui on aurait confié les notes que l’on vient de lire que le récit se termine. Supposant que le héro est vivant, ou peu être pas.
On peut ne pas aimer la lâcheté du personnage, surtout quand après s’être mis encouple avec la mère de famille, et être devenu un papa d’adoption, se barrer par peur (enfin je l’ai vécue comme ça), et moi je me retrouvais dans la même situation que la femme : a esperer son retour, en lui trouvant des excuses, expliquant qu’il va mal. Alors que non, il ne reviendra pas! (je l’ai eu mauvaise)
FIN SPOILER

 

Je ne pense pas qu’il faut être un lecteur, ou un adepte de littérature pour apprécier ce drame humain,si on est pas allergique au fait que le personnage principal ressemble comme deux gouttes d’eau à Light Yagami, il serait bête de passer à côté de cette série, car certains arcs valent le coup.

Pour infos les captures sont issus du 1ere épisode, je parlerai des autres arcs dans une/des prochaines notes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s